Michèle Tavernier

Au sujet de Bien aimée Marie Anne

 

Dès l’ouverture de l’enveloppe j’ai été séduite par la couverture tellement délicate et la décoration des pages tout aussi charmantes.

J’ai lu d’une seule traite ces 70 pages qui font revivre de façon si pudique mais tellement riche à la fois vos arrière-grands-parents. J’ai bien aimé aussi la manière dont vous avez abordé la suite historique de ces 9 lettres retrouvées, très documentée en informations, qui laisse passer l’émotion.

Martin Boyer

Au sujet de Bien aimée Marie Anne

 

Encore merci et bravo pour votre ouvrage "Bien aimée Marie-Anne", bien fleuri, et vraiment réussi, qui grâce à votre récit inspiré de la vie de vos arrière-grands parents, donne une idée juste de la société encore rurale de cette époque.

Marguerite Pochet

Au sujet de "Bien aimée Marie Anne

 

De cette écriture qui nous laisse entrer dans l'ambiance de l'époque, elle nous porte à la lecture .
Tout en partageant l'intimité de la famille, vous savez rester dans le respect de vos ancêtres . 
De plus votre livre recèle d'intéressants témoignages historiques .

Marie Anne, la première française à être décorée du mérite agricole . J'imagine qu'elle l'a bien méritée .

Ayant longuement secondé son mari pendant ses nombreuses heures d'absences, durant ses mandats de maire, avant de vivre son veuvage et les lourdes tâches qu'incombent la direction de la ferme .Je conçois aussi les difficultés qu'elle a pu éprouver à mener sa bande de domestiques..

Nicole d'Araquy

Au sujet de Bien aimée Marie Anne

 

J'ai lu avec beaucoup de plaisir votre livre.

Une nouvelle fois j'ai été admirative de votre talent de conteur.

J'aime les biographies qui font revivre les protagonistes dans leur époque,et qui ne sont pas une succession de faits et de dates.Avec vos personnages réels, et qui vous sont proches,le lecteur est emporté au XIXe siècle dans une société qui,pour être différente,présente les attitudes et les sentiments qui demeurent de génération en génération, le sentiment amoureux, la volonté de protection envers les siens, l'engagement, et cela malheureusement sur une courte vie de quarante ans.

Jean rené Joncour, ancien maire de Coray

Au sujet de Bien aimée Marie Anne

 

J'ai apprécié votre ouvrage que j'ai lu d'une traite. Il met en valeur l'amour entre 2 êtres dans une période où la majorité des mariages étaient arrangés et imposés sans que les 2 personnes concernées aient leur mot à dire. J'ai le cas de ma grand-mère maternelle à qui son mari lui a été imposé. Comme le constate Louis René, le maire n'est qu'un petit rouage , l'administration centrale a gardé la main mise malgré la décentralisation.


Association de Saint Alouarn Copyright © 2013. Tous droits réservés.

connexion