Lydia Lamande

Au sujet de "Bien aimée Marie Anne"

J'ai bien reçu hier votre livre et dans la foulée je l'ai lu . Il m'a énormément plu . C'est  une très jolie histoire que celle de vos ancêtres. Les dessins de fleurs sur les lettres sont magnifiques, avez vous été obligé d'en raviver les couleurs ou sont elles authentiques.
j'avoue que c'est impressionnant

Christian de la Hubaudière

Au sujet de Bien aimée Marie Anne

 

Avec ce joli recueil bien illustré, Pierrick nous fait entrer dans l’intimité de deux ancêtres qu’il chérit et, au-delà, nous décrit cette vie paysanne d’un temps révolu, mais qui a marqué et construit la Bretagne d’aujourd’hui.

Pourrait-il aussi bien la décrire s’il n’aimait pas autant ses personnages ? Cet ouvrage, qui honore leur mémoire et décrit tout autant la vie de nos aïeux, constitue une synthèse de ses recherches en archives, dont il nous a fait bénéficier tout au long de ses livres précédents.

Pourrait-il nous régaler de cette histoire d’amour, s’il n’avait pas l’amour de l’histoire ?

Je viens de terminer avec délectation ma lecture d'été 100/100 écrite de votre main . Après hors-la-loi en Bigoudénie que 

vous aviez eu la gentillesse de me dédicacer , j'ai poursuivi avec du Reuz en Bigoudénie puis Le Maître de Guengat et pour finir ces jours derniers par La terre aux sabots .
Quel réel plaisir de se plonger dans ces époques lointaines et souvent troublées mais dont vous faites une narration si proche qu'on a l'impression d'un vécu bien réel .
Bravo !

Colette Boulard

Au sujet des Exposés de Creac'h-Euzen

 

Je suis allée jusqu’au bout de la lecture : livre impossible à lâcher !

 J’ai eu un peu de mal, au début, avec l’organisation des différents chapitres, puis l’ai comprise. Ici, sans avoir tout lu finement, notamment  chaque notice concernant les nombreux enfants listés et suivis,  j’ai lu l’ensemble de l’ouvrage et j’y ai beaucoup appris.

Je sais que j’y reviendrai ponctuellement car l’étude vraiment intéressante mérite  la relecture pour mémorisation plus approfondie de sujets. Celle-ci est aidée, justement, par les thèmes des chapitres. Le suivi de quelques adultes et gestionnaires clefs est des plus instructifs, mettant en lumière le contexte de l’époque et du lieu.

Par suite, et avec le décalage qu’il faut néanmoins garder, ce travail éclaire sur ce qu’ont pu vivre d’autres hospices, ailleurs, tout au long du XIX ème siècle.

 Voilà. Je voulais vous redire mon intérêt, une fois achevée  la lecture de votre livre

Patrick Belly

Au sujet des Hors-la-loi en Bigoudénie

 

je viens de finir votre livre.
N'étant pas un grand lecteur, celui-ci me convient par ses courtes histoires.
Bravo pour la recherche et la transcription de celles-ci.On vit chaque récit.


Association de Saint Alouarn Copyright © 2013. Tous droits réservés.

connexion