Corinne Mazo
J'ai terminé la lecture des "Exposés de Creac'h-Euzen" : vraiment un formidable travail, très documenté (je vois derrière les kilos d'archives exploités !!)
C'est un beau livre !  C'est étonnant ce grand nombre d'enfants abandonnés dans le Finistère, par rapport aux départements voisins, notamment les Côtes d'Armor.
Et la mortalité !! Toute cette misère humaine..
Bravo  et merci pour ce beau et émouvant document !

 

*******************************************************************

 

 Jean-Philippe Gloaguen

J'ai terminé votre livre avec regret l'autre jour car il m'a vraiment beaucoup plu. J'y ai retrouvé les mêmes qualités qu'il y avait dans vos 2 précédents ouvrages.
J\'attends donc avec impatience le volume III des aventures des Chuto!
Ça se lit vraiment comme un roman, pas le temps de s'ennuyer. Je n'aurai jamais pensé que l'abandon des bébés aurait concerné autant d'enfants. Peu s'en sont vraiment sortis.
C'est bien de votre part d'avoir étudié cet aspect de la vie au XIXe siècle et je ne trouve que des qualités à votre travail.

 

 

 Claude Le Bellac

Votre livre est très documenté, très intéressant et très bien écrit. Il y a énormément de choses et pourtant il se lit très bien d'un bout à l'autre.
C'est une image de la vie au 19e; j'espère qu'elle n'était pas aussi dramatique pour tout le monde mais j'imagine très bien le grand-père de mon grand-père dans cette misère avec 2 de ses 4 enfants morts en bas âge.
L'histoire du "tour", que je ne connaissais pas, m'a beaucoup intéressé ainsi que le crime du moulin de Lenn-Du.
Les descendants de l'enfant trouvé Guillaume-François Bellac ont bien prospéré puisqu'on y compte 2 normaliens de Normale Sup et un polytechnicien; c'est pas mal sur 50 individus descendants d'un enfant trouvé!

 

Annie Louet

J'ai commencé à dévorer votre livre : chaque page est si riche d'informations que j'ai du mal à m'en décrocher... Quel travail colossal vous avez dû abattre pour récolter toutes ces infos, puis les mettre en page... A cette heure, j'en ai lu une bonne moitié et je ne m'en lasse pas.
Merci, merci pour cette mine de renseignements. Née à Quimper, je suis d'autant plus intéressée par tout ce qui a pu s'y passer dans les siècles précédents.

 

 Maryse Schreiner

Les deux premiers livres de Pierrick Chuto avaient montré le sérieux de ses recherches.
Cette fois encore je n’ai pas été déçue.
Tous les généalogistes ont entendu parler de ces enfants déposés à  Quimper. Pierrick Chuto a su exploiter toutes les ressources possibles par de longues visites aux Archives du Finistère, Archives Municipales et Départementales, archives de l’évêché de Quimper, les mairies et la base de données Récif que rassemblent les bénévoles du Centre généalogique du Finistère.  En historien passionné, il n’a rien inventé et nous livre de nombreux détails sur l’histoire et le personnel de l’hospice, le tout lié à l’histoire de Quimper et de sa municipalité, sans oublier les lois promulgués par les dirigeants de l’époque.
Tout se trouve documenté au fil des pages, les vêtements ou hardes que portent les enfants déposés, le nom dont ils sont affublés, leur placement chez des nourriciers pas toujours honnêtes. Quand ils ont de la chance, ils peuvent y rester et apprendre un métier. Beaucoup décèdent très jeunes. Pour d’autres, les recherches ont permis de retrouver parfois leurs mariages et même leur descendance, preuve qu’ils s’en sont sortis et ont peut-être connus des moments de bonheur !
Certains finiront dans la criminalité, Pierrick  le relate dans son livre.
Que de détails rassemblés !
Ce qui ne gâte rien, le livre est très agréable à lire et j’en recommande la lecture.

 


Association de Saint Alouarn Copyright © 2013. Tous droits réservés.

connexion